Que sont-ils devenus ?

Déjà 23 ans qu’ils travaillent ensemble… Leurs vies professionnelles se sont toujours croisées malgré les changements de postes. Ils vivent une complicité parsemée d’obstacles franchis ensemble et de bons moments de convivialité.

Le premier s’appelle Pascal, et occupe le poste de Directeur Technique chez RGO Mobilités. Le deuxième se nomme Alain et est Conseiller Opérationnel chez CHRONO Flex. Ils prennent le temps de regarder dans leur rétroviseur pour nous faire part de leur chemin parcouru…  

Diverse people showing speech bubble symbols

Depuis combien de temps travaillez-vous avec CHRONO Flex ?

Pascal : Plus de vingt ans ! À l’arrivée d’Alain Gautreau dans l’entreprise quand il était alors technicien itinérant sur mon secteur. À l’époque, j’étais Chef d’atelier chez NETRA ONYX à Saint Grégoire, en Ille et Vilaine. C’est une société de transport et collecte des déchets ménagers. Il y avait beaucoup de flexibles sur les bennes à ordures !

 

Quel a été votre parcours professionnel ces vingt dernières années ?

Pascal : J’ai ensuite occupé le poste de Chef de parc chez VEOLIA à Nantes puis à Bourges. Puis je suis devenu Responsable de parc matériel à la SARC, la Société Armoricaine de Canalisations, à Le Rheu près de Rennes. Aujourd’hui je suis Directeur Technique de RGO, Réseau Grand Ouest Mobilités sur Saint-Jacques-de-la-Lande, toujours près de Rennes. Elle regroupe 5 autocaristes.

Alain : J’ai commencé en tant que Technicien Commercial Itinérant chez Flexible (premier nom de CHRONO Flex) sur la Bretagne de Rennes à Brest, en passant par Caen et en allant jusqu’au Mans. J’ai quitté mon camion il y a douze ans pour intégrer la partie opérationnelle de CHRONO Flex.  J’ai ensuite décidé d’accompagner les techniciens dans leur formation et leur quotidien. L’équipe s’est étoffée depuis et je partage ces missions avec trois autres collègues pour couvrir la France entière.

 

Qu’est-ce qui a changé le plus pour vous en vingt ans de carrière dans votre univers professionnel ?

Pascal : La technique ! Les machines sont plus performantes, on rencontre beaucoup moins de problèmes. On voit bien que le matériel est de plus en plus fiable. Il y a un peu moins de flexible aussi dans la constitution des machines. Je trouve aussi malheureusement que la conscience professionnelle des personnes est peut-être moins élevée qu’il y a vingt ans, mais j’ai l’impression que c’est global.

Alain : Aujourd’hui nous dépannons nos clients le plus rapidement possible, en moins de 60 minutes. Avant nous prenions 2 ou 3 heures avant d’arriver chez eux. Nous vendons un délai suivi d’une prestation, en ayant toujours à coeur de servir le client avec le plus grand professionnalisme. Ce qui me marque aussi comme différence c’est qu’à présent, quasiment la seule partie accessible des machines est le flexible hydraulique, car tout le reste contient de l’électronique embarqué.

 

Et comment percevez-vous l’évolution de CHRONO Flex ?

Pascal : Vous avez énormément grandi, je vous ai connu avec quatre camions et aujourd’hui vous êtes implantés dans plusieurs pays du monde. Évidemment, au début il y avait une proximité familiale que l’on retrouve moins aujourd’hui vu le nombre d’employés. Il y a peu de flexible sur les autocars, mais dès que je peux, je fais appel à CHRONO Flex.

 

Qu’est-ce qui vous marque le plus chez CHRONO Flex ?

Pascal : Vous êtes nombreux, très réactifs, c’est appréciable. J’ai eu un peu de mal avec les débuts de votre Centre de Relation Client téléphonique étant habitué à contacter directement mon technicien, mais depuis le temps, je fonctionne comme ça sans aucune réticence.

Alain : Avant, deux personnes dirigeaient 250 personnes. Aujourd’hui, chaque équipe (entre 8 et 12 personnes) est autonome, et ça nous réussit très bien ! Nous avons complètement revu notre mode de fonctionnement en faveur des collaborateurs et des clients.

 

Avez-vous une anecdote à nous partager vécue avec CHRONO Flex ? 

Pascal : On a beaucoup travaillé ensemble avec Alain Gautreau. Il a énormément participé à la fiabilité des machines au début, quand j’étais Chef d’atelier chez NETRA ONYX. Et il m’a suivi dans mes expériences professionnelles et il a évolué aussi de son côté. Je n’ai pas une anecdote en tête mais ce que je peux dire c’est qu’il y a des fois où on s’est bien marrés !

Alain : L’inauguration des locaux actuels de Saint-Herblain, quand nous avons installé pour l’occasion un chapiteau, sur le thème des îles, nous avions fait venir six semi-remorques de sable. Au cours de la soirée, j’ai invité le comptable de la société où travaillait Pascal à monter sur scène pour faire le show… mémorable !

 

Quel conseil donneriez-vous à un jeune qui débute sa carrière dans votre secteur professionnel ?

Pascal : D’aller sur le terrain, d’avoir un bon contact relationnel avec les équipes et d’être bon en informatique. Aimer résoudre les problèmes car on en rencontre tous les jours !

Alain : Ne pas oublier de dire bonjour à toutes les personnes que nous croisons dans les entreprises visitées, c’est le b.a.-ba de la relation client et du savoir-vivre. Être bien à l’écoute des besoins du client. Ne pas confondre vitesse et précipitation. Et toujours garder en tête que le plus beau cadeau qu’on peut faire à un client c’est que sa machine redémarre au plus vite.

 

Related Posts